La Cité Provisoire : Les Familles

Cliquez sur les miniatures soulignées pour agrandir les images et découvrir leurs légendes



Dieppe - Cité Provisoire : la famille DRY

Famille DRY

Les photographies qui suivent sont partagées par Jean Marie Dry. Au 123 D rue de la Chaudière

Rue de la Chaudière




Témoignage de Jean Marie DRY de 1955 à 1972

Les jeux auxquels nous jouions étaient, le football. On jouait aussi au gendarme et au voleur. On allait aussi jouer dans le bois de Rosendael. Quand l'hiver était arrivé, on jouait à la luge dans les champs. Je me souviens aussi d'une balançoire que Mr Denis avait faite dans un arbre avec nous. C'est pour cela que nous l'appelions tous : " la balançoire à Denis". On faisait aussi des cabanes dans les arbres. A l'école, on jouaient souvent à la balle au prisonnier.

En ce qui concerne les bêtises de classe, je ne m'en souviens pas très bien mais j'ai du en faire comme tout le monde !.

Par contre je me souviens aussi que le Jeudi à la place du Mercredi aujourd'hui, on allait au cinéma.

On allait souvent aussi à la " Carpente " pour se baigner, elle se trouvait derrière l'ancienne prison de Dieppe.

Mais quand est venu le départ de la cité, j'ai ressenti une grande tristesse. J'avais l'impression que je ne m'amuserai plus autant avec mes copains. Que nous allions être séparés, que je ne les reverrai plus jamais. En plus, je ne voulais pas habiter dans des HLM, parce ce qu'on appelait ça, "des cages à poules", et ça me faisait peur d'y partir. Mais on avait pas le choix, il fallait partir, alors on est partis..

Je n'oublierai jamais la cité, parce que pour moi, elle représentait ma liberté, ma liberté de vivre, que mes enfants ne connaîtront jamais...